J 131

000

Nous partons entre filles (deux de mes collègues et leur enfants) passer la journée à la plage, au bord du lac Victoria. Je sais qu’on y déguste de délicieux poissons car j’en ai fait l’expérience en 2014, lors de ma première mission en Ouganda.
Cette plage est cependant beaucoup mieux équipée que celle où j’avais été, et nous nous installons tranquillement avec les trois petites… jusqu’à ce que je voie avec étonnement une autre partie de mes collègues débarquer : c’est une « surprise pour Claire », qu’on ne pouvait pas laisser repartir sans être allée à la plage — et quelle joie en effet de passer ce dimanche tous ensemble 🙂

Au programme, ballons, poissons, sablons… et danse sur des musiques africaines endiablées… Les enfants apprécient aussi (et je vous déconseille d’essayer de leur piquer leur poisson : elles le défendront jusqu’à la dernière arête !). Mais il y en a quand même qui finissent par piquer un petit roupillon !


Pensées pour Paris…

Kunduz…

…et tous les autres

J 124

DSCN3263
© 2015 C. Chamarat

Un jour sans pluie passé à lire au bord de la piscine de l’hôtel où a eu lieu la fête d’hier.

Pas tout à fait au calme car ici c’est impossible : travaux (même si c’est dimanche), sono pour je ne sais quel événement sur la terrasse… mais depuis juillet je me suis finalement pas mal habituée au boucan, et je relativise 🙂

Fluctuat nec mergitur… ça résonne jusqu’ici !

Pensées pour Paris…

Kunduz…

…et tous les autres

J 121

Petit retour dans la forêt de Kibale, il y a 15 jours.
Pour voir l’image en plein écran, cliquer sur l’icône en bas à droite du cadre. Les vidéos se lancent automatiquement les unes après les autres.

  1. Un jeune chimpanzé teste son équilibre, de manière pas forcément toujours rassurée : à un moment, il doit même reprendre son souffle !
  2. Une mère et son petit dans les arbres. Le petit essaye de la lâcher : qu’à cela ne tienne, elle le plante là… et il lui court après pour se raccrocher !
  3. Une séance de nettoyage perturbée par les appels des « confrères ».
  4. Un mâle fait la sieste. Ils sont plusieurs à cet endroit, tous à peu près dans la même position : je pense que c’est mon souvenir le plus incroyable de cette journée !
  5. Un autre mâle, pensif. Là aussi, ils sont pas mal à se poser là, comme ça sans bouger, pour réfléchir…
  6. Autre exercice d’équilibre d’un jeune chimpanzé, plus assuré que le premier, mais vous allez voir qu’à la fin, il a quand même l’air de se demander comment il va sortir de là maintenant qu’il y est !
  7. Laissez passer ! Trois chimpanzés croisent notre chemin pour aller s’installer près d’un nouvel arbre (ils en changent plusieurs fois dans la journée).
  8. Le « sous chef » descend de l’arbre.
  9. Son colonel le suit.

Et n’oubliez pas surtout
#Kunduz #independentinvestigation #EvenWarHasRules

J 115

DSCN3046
© 2015 C. Chamarat

Les éclaireurs sont partis plus tôt que nous encore pour chercher où se trouve ce matin le groupe des « Bitukura », une famille d’une quinzaine de gorilles des montagnes que nous allons pouvoir approcher pendant une heure, avant de les laisser poursuivre leur journée.

005Après une demi heure de marche, la première chose que je vois c’est une énorme main noire qui émerge de sous les feuillages. Puis les éclaireurs et notre guide nous frayent un chemin à coups de machettes à travers la forêt, et là nous rencontrons plusieurs « silverbacks », qui sont les gorilles seniors du groupe (les mâles plus jeunes s’appellent des « blackbacks » car leur pelage n’a pas encore cette belle couleur argentée). Comme les chimpanzés de Kibale, ils sont tranquilles-peinards, et ils mangent des feuilles et des tiges, encore et encore… jusqu’à 25 kilos par jour pour les plus gourmands : pas étonnant qu’ils aient du bide et qu’ils fassent des bruits divers et variés 🙂

007Nous en rencontrons ensuite des plus jeunes.

008F008GCertains grimpent même aux arbres, apparemment pour manger, mais aussi pour s’amuser.

Et pour finir en beauté, nous tombons sur deux femelles, dont une avec un petit, qui se reposent pendant que le garnement nous fait son numéro, sous le regard attendri de sa mère et celui bienveillant de la copine.

011010De retour au point de départ, nous avons droit à un diplôme et aux félicitations du jury pour avoir respecté la distance réglementaire avec nos amis afin de ne pas trop les déranger
et de ne pas leur refiler nos microbes, ni eux les leurs !


Et n’oubliez pas surtout
#Kunduz #independentinvestigation #EvenWarHasRules

J 114

015A
© 2015 C. Chamarat

La pluie reprend vers 6 heures du matin jusqu’en milieu de journée. Puis elle fait place à un beau soleil qui me permet de profiter de ma terrasse et du jardin.

013A013

015B015CJe fais également entrer un peu de chaleur dans le cottage, bien aménagé mais quand même assez glacial et humide à cette saison.
J’ai d’ailleurs demandé à Fred de nous trouver un autre endroit que le Bakiga Lodge pour dîner ce soir, car le restaurant est en plein air et je ne souhaite pas dîner emmitouflée dans mon gore-tex comme hier…

En fin de journée nous partons faire un tour dans le village de Ruhija. Comme toujours dans ce pays, la lumière du soir est magnifique.

Puis nous rejoignons le Ruhija Gorilla Safari Lodge, qui a aussi une cheminée, mais dans une salle à manger fermée. Tout ça arrosé d’un chardonnay d’Afrique du Sud, et je suis prête pour partir à la rencontre des gorilles demain à l’aube !
P.S. Quizz du jour (ça faisait longtemps) : quels sont ces objets bizarres sur la photo de droite ? (il y a un gros indice dans un de mes posts précédents !)

 


Et n’oubliez pas surtout
#Kunduz #independentinvestigation #EvenWarHasRules

J 113

001
© 2015 C. Chamarat

Départ pour la forêt « impénétrable » de Bwindi avec Fred, qui va me conduire et m’accompagner durant mon séjour dans le village de Ruhija. Une bonne route (à part quelques tronçons pas encore rénovés) nous mène jusqu’à Kabale, au sud ouest du pays près des frontières congolaise et rwandaise. La région est la plus élevée de l’Ouganda, et elle est réputée pour son agriculture, et donc ses agriculteurs, très expérimentés.

004003Fred m’explique aussi que bon nombre de ces agriculteurs ont migré à Kamwenge il y a des années, appelés par des propriétaires qui avaient besoin de personnel qualifié pour cultiver leurs terres. C’est la raison pour laquelle le dialecte de Kamwenge est le même qu’ici.

011DSCN2982Nous arrivons au Bakiga Lodge sous la pluie (c’est la saison jusqu’en décembre), mais la vue est néanmoins saisissante, que ce soit du restaurant ou de la terrasse de mon cottage, situé un peu plus bas.014A
016017

 

 

 

 

 

 


Et n’oubliez pas surtout
#Kunduz #independentinvestigation #EvenWarHasRules

J 110

020
© 2015 C. Chamarat

Pendant que mes affaires sèchent sous l’œil attentif des papillons
(250 variétés dans cette forêt), je pars faire un petit tour du propriétaire. La plupart des anciennes « safari tentes » ont été transformées en cottages de luxe (j’ai modestement pris un cottage ‘standard’). Cela a semble-t-il eu un grand succès puisque les rénovations des anciennes tentes continuent.

DSCN2813DSCN2815

 

 

 

 


Et n’oubliez pas surtout
#Kunduz #independentinvestigation #EvenWarHasRules

J 109

004

Départ à 6 h 30 dans la forêt avec notre guide Florence à la rencontre d’un groupe de chimpanzés « habitués », comprenez habitués à voir des humains. L’ « habituation », comme on l’appelle ici, prend à peu près sept ans. Tant que les chimpanzés ne sont pas habitués les humains leur font peur. Le contact se fait donc graduellement avec le personnel du parc, chacun s’observant pendant des années jusqu’à ce que la confiance s’installe. Ensuite les groupes de chimpanzés habitués peuvent être approchés soit par les chercheurs, soit par les touristes. A Kibale, un seul groupe peut être approché par les touristes et deux par les chercheurs seulement. Les autres groupes ne sont pas encore « habitués ».

015Aujourd’hui nous sommes trois touristes à participer à cette journée de « Chimpanzee habituation experience ». Le maximum autorisé est de quatre personnes. Pour une somme moindre, d’autres groupes de touristes sont autorisés à approcher les chimpanzés ce même jour mais seulement pour une heure.
Après quelques minutes à écouter attentivement les bruits de la forêt, Florence nous conduit tout droit vers un immense arbres où un groupe de chimpanzés est en train de prendre son « petit-déjeuner » : ils mangent les fruits de l’arbre tout en criant pour rameuter le reste du groupe.

016Comment Florence se repère dans la forêt, c’est un mystère. Elle nous explique que les chemins et les arbres ont des noms spécifiques : nous on ne voit pas de chemin, et tous les arbres se ressemblent — pauvres touristes ignorants que nous sommes !
Une fois qu’ils ont mangé, une partie des chimpanzés descendent de l’arbre. Nous en suivons certains. Beaucoup s’arrêtent en chemin, pensifs, se gratouillent, nous regardent. C’est incroyable d’être si près, et effectivement dans une telle confiance avec des animaux pourtant sauvages.

011001012Le plus beau moment de la journée sera celui que nous passerons au pied d’un autre arbre où un grand groupe s’est rassemblé, qui réunit, mâles, femelles et petits. C’est rare nous explique Florence, car souvent les mâles et les femelles se regroupent plutôt entre eux. Cela nous permet notamment de voir de très près les femelles avec leurs petits. Si les mâles n’avaient pas été là nous explique Florence, elles se seraient planquées bien plus haut dans les arbres.002

007Un autre grand moment sera celui où nous découvrirons les mâles en train de faire la sieste, exactement dans la même position que celle qu’un humain adopterait pour l’occasion. Plus connu mais aussi drôle, une séance de nettoyage entre deux chimpanzés. Et puis aussi, alors qu’un violent orage éclate, un mâle qui se recroqueville sous des arbres (à travers lesquels la pluie ne passe effectivement pas), l’air bougon, les bras croisés et la tête enfoncée dans les épaules.

Nous rentrons quant à nous sous une pluie battante, fourbus mais ravis 😀


Et n’oubliez pas surtout
#Kunduz #independentinvestigation #EvenWarHasRules

J 108

DSCN2799

Départ avec mon fidèle chauffeur Tiba pour le parc national de Kibale, où je retourne avec joie, cette fois-ci pour rencontrer les chimpanzés ! Le voyage se passe sans encombre — ou presque — ce qui est suffisamment rare pour être noté.

DSCN2803

Arrivée au Primate Lodge, où je suis comme dans tous ces endroits fort bien accueillie. Cottage, chauffe-eau au bois, baldaquin… et bouillotte (il fait un peu humide en cette saison) : tout est parfait pour passer une bonne nuit et être en forme demain à l’aube pour partir à la rencontre de nos ancêtres !


Et n’oubliez pas surtout
#Kunduz #independentinvestigation #EvenWarHasRules

J 107

DSCN2796

Je rencontre Richard, le directeur de l’agence qui organise mes prochaines expéditions. Kabarole Tours est basée à Fort Portal, et donc bien placée pour organiser des séjours dans toute la région Ouest, où se trouvent les plus beaux parcs nationaux.

 

Kabarole tours
http://kabaroletours.com/about-us/our-team/

L’agence, créée en 1982, est également très impliquée dans des projets communautaires — une belle façon de développer son activité tout en participant au développement du pays, alors forcément, j’adhére !

DSCN2798Allez hop, cela fait longtemps que je n’avais pas fait mon sac, en route demain matin vers de nouvelles aventures !

 

 


Et n’oubliez pas surtout
#Kunduz #independentinvestigation #EvenWarHasRules